Janvier – Epiphanie

JANVIER

Temps de Noëlepiphanie-480

Epiphanie du Seigneur

Triple Epiphanie…

Ecoutons Saint Bernard dans son sermon 3 pour l’Epiphanie (extraits)

 […]
2. La solennité de ce jour tire donc son nom d’un mot qui signifie manifestation, car ce mot épiphanie n’a pas d’autre sens. C’est donc aujourd’hui la manifestation de Notre-Seigneur, non pas d’une seule, mais d’une triple manifestation, selon ce que nos pères nous ont appris En effet, c’est aujourd’hui que notre Roi, encore tout petit enfant, s’est manifesté peu de jours après sa naissance, aux premiers des gentils qu’une étoile avait amenés jusqu’à lui. C’est également en ce jour, que Jésus ayant accompli sa trentième année dans la chair, car en tant que Dieu, il est toujours le même et ses années ne marchent point vers leur déclin, il vint au Jourdain, confondu dans la foule des gens de sa nation pour être baptisé, et que le témoignage de Dieu, son Père, le fit connaître aux hommes. C’est également aujourd’hui que, se trouvant, avec ses disciples, invité à des noces où le vin a manqué, il a changé l’eau en vin par un miracle admirable de sa puissance. Mais je préfère considérer plus particulièrement la manifestation qui s’est faite du Sauveur pendant les premiers jours de son enfance, parce qu’elle est remplie d’une très grande douceur, et que d’ailleurs c’est celle qui est le principal objet de cette fête.
[…]

5. Alors, dit l’Evangéliste « Ils ouvrent leurs trésors et ils lui offrent en présents, de l’or, de l’encens et de la myrrhe » (Ibid.). S’ils ne lui avaient offert que de l’or, peut-être auraient-ils paru avoir eu la pensée de venir en aide à la pauvreté de la mère, et lui donner les moyens d’élever son enfant. Mais comme ils lui offrent en même temps de l’or, de l’encens et de la myrrhe, il est évident que leurs offrandes ont un sens spirituel. En effet, l’or passe pour ce qu’il y a de plus précieux parmi les richesses des hommes; c’est ce que, avec la grâce du Sauveur, nous lui offrons dévotement lorsque, pour son nom, nous renonçons entièrement aux biens de ce monde. Mais à présent il ne nous reste plus, après avoir si complètement foulé aux pieds les choses de la terre, qu’à rechercher avec une plus vive ardeur celles des cieux. Car c’est ainsi que nous pourrons lui offrir la bonne odeur de l’encens qui, selon saint Jean, comme nous le voyons dans son Apocalypse (Apoc. V, 3), représente les prières des saints. Voilà ce qui faisait dire au Psalmiste : « Que ma prière s’élève vers vous comme la fumée de l’encens » (Psal. CXL, 2) et à l’Ecclésiastique : «La prière du juste perce les nues ». La prière, dis-je, non de quiconque, mais du juste (Eccles. XXXV, 21), car la prière de quiconque qui détourne l’oreille pour ne point écouter la loi de Dieu, est exécrable (Prov. XXVIII, 9).

6. Si donc vous voulez être juste et ne point détourner l’oreille des commandements de Dieu, pour que lui-même ne détourne pas la sienne de vos prières, il faut non-seulement que vous méprisiez le siècle présent, mais encore que vous châtiez votre chair et la réduisiez en servitude. Car celui qui a dit: «Quiconque ne renonce pas à tout ce qu’il possède, ne peut être mon disciple » (Luc. XVI, 32), et encore «Si vous voulez être parfaits, allez, vendez tout ce que vous avez et donnez-le aux pauvres, puis revenez vous mettre à ma suite » (Matt. XIX, 21), est le même qui a dit dans un autre endroit : « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il porte sa croix et me suive » (Luc. IX, 23). L’Apôtre voulant expliquer le sens de ces paroles, disait ; «Ceux qui sont à Jésus-Christ, ont crucifié leur chair avec toutes ses passions et ses désirs déréglés » (Gal. V, 24). La prière doit donc avoir deux ailes, le mépris du monde et la mortification de la chair, et avec elles il n’est pas douteux qu’elle puisse pénétrer les cieux et s’élever en présence de Dieu comme la fumée de l’encens. Pour que notre sacrifice soit agréable et que notre offrande mérite d’être accueillie, il faut qu’à l’or et à l’encens s’ajoute encore la myrrhe, car bien qu’elle soit amère, elle n’en est pas moins fort utile, elle conserve le corps qui est mort à cause du péché et l’empêche de tomber en pourriture en tombant dans le vice. Qu’il suffise de ce peu de mots pour nous engager à imiter les offrandes des Mages.

7. Mais comme nous avons parlé de manifestation, il est bien que nous recherchions ce qui se manifeste à nous dans cette fête. L’Apôtre se charge de nous l’apprendre en nous disant : « Ce qui a paru, c’est la bonté et l’humanité du Sauveur notre Dieu » (Tit. III, 4). Et, en effet, nous avons entendu l’Evangéliste nous dire que «étant entrés dans la maison, les Mages y trouvèrent l’Enfant avec Marie sa mère » (Matt. II, 41). Or dans ce corps d’enfant qu’une mère réchauffait contre son sein virginal, qu’est-ce qui apparaît sinon la vérité de la chair qu’il a prise ? Dans la seconde manifestation, ne vous semble-t-il point qu’il est manifestement proclamé Fils de Dieu de la bouche même de son Père ? En effet, les cieux s’entrouvrirent au-dessus de sa tête, le Saint-Esprit en descendit sur lui sous la forme corporelle d’une colombe, et en même temps la voix du Père fit entendre ces paroles : « Celui-ci est mon Fils bien aimé en qui j’ai mis toutes mes complaisances » (Matt. III, 17). Certes, il est assez manifeste après cela, il est assez évident et assez indubitable que le Fils de Dieu ne peut être que Dieu lui-même. Personne, en effet, ne révoque en doute que les enfants des hommes soient des hommes aussi, ni que les petits des animaux soient de la même espèce que ceux dont ils sont nés. Toutefois, pour qu’il n’y ait plus de place pour une erreur sacrilège, celui qui, dans la première manifestation, fut reconnu pour vrai homme et fils d’homme, et qui dans la seconde, n’en est pas moins déclaré Fils de Dieu, se montre dans la troisième vrai Dieu et véritable auteur de la nature qu’il change à son gré. Pour nous, par conséquent, mes bien-aimés, aimons Jésus-Christ comme étant véritablement homme et notre frère; honorons-le comme Fils de Dieu, et adorons-le comme Dieu. Croyons avec une entière sécurité en lui, et confions-nous à lui avec la même sécurité, mes frères, car le pouvoir de nous sauver ne lui manque point, puisqu’il est vraiment Dieu, et Fils de Dieu, non plus que la bonne volonté, attendu qu’il est comme l’un de nous un homme véritable et fils de l’homme. Comment pourrait-il se montrer inexorable à notre égard, quand il s’est fait, pour nous, semblable à nous et sujet à la douleur ?

Sermon 3 pour l’Epiphanie (extraits 2, 5,  6, 7)
Texte intégral


Solennités en janvier

LUNDI 1er JANVIER – Sainte Mère de Dieu – Journée Mondiale de la Paix – Solennité

Horaire du dimanche
– 10h00 : Messe de la Sainte Mère de Dieu

DIMANCHE 7 JANVIER – Solennité de l’Epiphanie du Seigneur

Horaire du dimanche – Messe à 10h

SAMEDI 13 JANVIER – Saint Hilaire

– 11h00 : Messe pour la Paix
– 14h00 : None
– 14h15 à 17h00 : Adoration
– 17h15 : Vêpres

VENDREDI 26 JANVIER – Solennité des Saints fondateurs de Cîteaux : Saint Robert, Saint Albéric et Saint Etienne (moines bénédictins de Molesmes, dans la mouvance de Cluny)

Horaire du dimanche – Messe à 10h

N.B. – tous les lundis (sauf 1er), jour de désert, messe lue, vêpres à 18h

Calendrier liturgique du mois – Messes-Janvier-2018


Horaires Noël 2017

DIMANCHE 24 DECEMBRE – IVe DIMANCHE DE L’AVENT – Vigile de Noël

Horaire habituel du dimanche
– 7h30 : Laudes
– 8h45 : Tierce
– 10h00
: Messe
– 11h45
: Sexte
– 13h30 : None
– 17h00 : 1ères Vêpres de la Nativité + Adoration
– pas de Complies
– 22h00 : Office des Vigiles de Noël
– minuit : Messe de Noël 

LUNDI 25 DECEMBRE – SOLENNITE DE LA NATIVITE DU SEIGNEUR

Horaire habituel du dimanche
– 7h30 : Laudes
– 8h45 : Tierce
– 10h00
: Messe du Jour de Noël
– 11h45
: Sexte
– 13h30 : None
– 17h00 : Vêpres + Adoration
– 20h00 : Complies

MARDI 26 DECEMBRE – Saint Etienne – Fête

- 7h30 : Laudes
– 8h30 : Messe
– 18h00 : Vêpres

DIMANCHE 31 DECEMBRE – Sainte Famille

Horaire habituel du dimanche
– 7h30 : Laudes
– 8h45 : Tierce
– 10h00
: Messe
– 11h45
: Sexte
– 13h30 : None
– 17h00 : Vêpres de la Sainte Mère de Dieu + Adoration
– 20h00 : Complies
– 23h30 : Vigiles

LUNDI 1er JANVIER – Sainte Mère de Dieu – Journée Mondiale de la Paix

Horaire habituel du dimanche
– 7h30 : Laudes
– 8h45 : Tierce
– 10h00
: Messe de la Sainte Mère de Dieu
– 11h45
: Sexte
– 13h30 : None
Marche méditative pour la Paix animée par Pax Christi
– 14h00 : départ de l’église du village de Castagniers vers l’Abbaye)
– 15h00 : collation – temps d’échange
– 16h00 : Vêpres + Adoration
– 20h00 : Complies

MARDI 2 JANVIER

- 7h30 : Laudes
– 8h30 : Messe
– 18h00 : Vêpres


Décembre – Noël

DECEMBRE

Temps de l’Aventavent2

Qui est Celui qui vient ?

D’où vient-Il ?

Quel sens donnons nous à l’Avent ?…

Ecoutons Saint Bernard dans son premier sermon pour l’Avent

Aujourd’hui, Frères, nous célébrons le début de l’Avent. Vous à qui le Seigneur révèle, comme à ses tout petits, ce qui est caché aux sages et aux habiles, tournez votre pensée vers ce qui concerne vraiment le salut et cherchez avec soin le sens de cet avent. Demandez-vous quel est celui qui vient, d’où il vient et où il vient, quand et par où il vient. Cette curiosité-là est sans aucun doute louable et salutaire : l’Église ne célébrerait pas le présent Avent avec tant de ferveur s’il ne recelait en lui quelque grand mystère.

Et tout d’abord, avec l’Apôtre stupéfait et plein d’admiration, regardez, vous aussi, quel est celui qui fait son entrée : Il est, au témoignage de Gabriel, le Fils du Très-Haut, Très-Haut lui-même. Considérez aussi, frères, d’où il vient et où il vient. Il vient du cœur de Dieu le Père dans le sein de la Vierge Mère. Il vient du plus haut des cieux jusqu’aux régions inférieures de la terre. Mais quoi ? Ne devons-nous pas vivre, nous aussi, sur la terre ? Oui, pour autant que Celui-là y reste. Où serions-nous heureux sans lui, et pourrions-nous être malheureux avec lui ? « Qui donc aurais-je dans le ciel ? Avec toi je suis sans désir sur la terre, Dieu de mon cœur, ma part, Dieu à jamais ». « Même si je marche au milieu de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, si tu es avec moi ». Maintenant, je le vois bien, tu es descendu sur la terre et même jusqu’aux enfers, non comme un vaincu, mais « comme un homme libre parmi les morts », comme une « lumière qui luit dans les ténèbres et les ténèbres n’ont pu la saisir ». Aussi son âme ne reste-t-elle pas dans les enfers, pas plus que son corps ne voit la corruption dans la terre. Le Christ qui est descendu, est aussi remonté, pour remplir toutes choses. Il est écrit de lui : « Il est passé en faisant le bien et en guérissant tous ceux qui étaient captifs du démon » ; et ailleurs : « Il sortit comme un géant pour accomplir sa course ; à la limite des cieux il a son lever et sa course atteint à l’autre limite »…

… Et pour quoi devons-nous croire qu’il soit venu ? C’est ce que nous avons maintenant à éclaircir. Pour le faire, point n’est besoin de nous donner beaucoup de mal, car ses paroles et ses actions proclament bien haut le motif de sa venue. Il s’est hâté, du haut des montagnes, pour chercher la centième brebis qui s’était égarée. Il est venu pour nous, pour que nous reconnaissions de manière plus claire les miséricordes du Seigneur et ses merveilles pour les fils des hommes. Admirable condescendance du Dieu qui cherche l’homme, dignité de l’homme ainsi cherché !

Sermon 1 pour l’Avent (extraits 1-2, 6-7)
Texte intégral

Pour le temps de Noël

Pour retrouver constamment en nous Marie et Joseph avec l’enfant dans une crèche (Lc 2,13), il faut que nous vivions dans le siècle présent avec tempérance justice et piété. C’est en effet à cette fin qu’est apparue la grâce de Dieu qui nous instruit et c’est par ce moyen-là que sa gloire apparaîtra.

Voilà en effet ce que nous lisons : « Dieu a révélé sa grâce source de salut pour tous les humains. Elle nous enseigne à renoncer à une mauvaise conduite et aux désirs terrestres, pour mener dans ce monde une vie raisonnable, juste et fidèle à Dieu. C’est ainsi que nous devons attendre le bonheur que nous espérons et le jour où apparaîtra la gloire de notre grand Dieu et sauveur Jésus Christ. » (Ti 2,12-13) Or la grâce s’est montrée à nous dans un enfant pour nous instruire, mais cet enfant sera grand (Lc 1,32), selon la parole de Gabriel à son sujet. Ceux qu’il aura instruits, étant encore enfant, à être humbles et doux de cœur, il les glorifiera et les exaltera plus tard, lorsqu’il sera lui-même devenu grand et glorieux, lui qui est Notre-Seigneur Jésus Christ, béni dans les siècles des siècles.

Sermon 4 pour Noël (extraits 3)
Texte intégral


Solennités en décembre

VENDREDI 8 DECEMBRE – Solennité de l’Immaculée Conception

Horaires habituels du dimanche – Messe à 10h

SAMEDI 9 DECEMBRE – Férie de l’Avent

– 11h00 : Messe pour la Paix
– 14h00 : None
– 14h15 à 17h00 : Adoration
– 17h15 : Vêpres

MARDI 12 DECEMBRE – Férie de l’Avent

Messe à 11h – Notre Dame de Guadalupe

DIMANCHE 24 DECEMBRE – IVe DIMANCHE DE L’AVENT – Vigile de Noël

Horaire habituel du dimanche
– 7h30 : Laudes
– 8h45 : Tierce
– 10h00
: Messe
– 11h45
: Sexte
– 13h30 : None
– 17h00 : 1ères Vêpres de la Nativité + Adoration
– pas de Complies
– 22h00 : Office des Vigiles de Noël
– minuit : Messe de Noël 

LUNDI 25 DECEMBRE – SOLENNITE DE LA NATIVITE DU SEIGNEUR

Horaire habituel du dimanche
– 7h30 : Laudes
– 8h45 : Tierce
– 10h00
: Messe du Jour de Noël
– 11h45
: Sexte
– 13h30 : None
– 17h00 : Vêpres + Adoration
– 20h00 : Complies

MARDI 26 DECEMBRE – Saint Etienne – Fête

- 7h30 : Laudes
– 8h30 : Messe
– 18h00 : Vêpres

DIMANCHE 31 DECEMBRE – Sainte Famille

Horaire habituel du dimanche
– 7h30 : Laudes
– 8h45 : Tierce
– 10h00
: Messe
– 11h45
: Sexte
– 13h30 : None
– 17h00 : Vêpres de la Sainte Mère de Dieu + Adoration
– 20h00 : Complies
– 23h30 : Vigiles

LUNDI 1er JANVIER – Sainte Mère de Dieu – Journée Mondiale de la Paix

Horaire habituel du dimanche
– 7h30 : Laudes
– 8h45 : Tierce
– 10h00
: Messe de la Sainte Mère de Dieu
– 11h45
: Sexte
– 13h30 : None
Marche méditative pour la Paix animée par Pax Christi
– 14h00 : départ de l’église du village de Castagniers vers l’Abbaye)
– 15h00 : collation – temps d’échange
– 16h00 : Vêpres + Adoration
– 20h00 : Complies

MARDI 2 JANVIER

- 7h30 : Laudes
– 8h30 : Messe
– 18h00 : Vêpres

N.B. – tous les lundis (sauf le 25), jour de désert, messe lue, vêpres à 18h

Calendrier liturgique du mois – Messes-Décembre-2017


1er janvier – Marche de la Paix

1er janvier : journée mondiale de la Paix – Entrons en Paix dans l’année nouvelle !

À l’invitation de la communauté des moniales de Notre-Dame de la Paix, une marche de la Paix est organisée lundi 1er janvier, animée par Pax Christi, en lien avec la Pastorale des Migrants.

Départ de l’église du village à 14h
Marche méditative vers l’Abbaye Notre-Dame de la Paix
Collation chaude et temps d’échange à 15h
Vêpres à l’Abbaye à 16h
Retour au parking de la salle des fêtes à 17h

Ouvert à tous, sans inscription.

2018-01-01-Pax-Christi


Catalogue de Noël

Le catalogue de Noël est disponible.

Exceptionnellement, le magasin sera ouvert les lundis 4, 11 et 18 décembre.

Noel-2017-1

N’attendez pas la dernière minute pour commander.


Concert de Noël-17 décembre

LE DIMANCHE 17 DECEMBRE 2017 – A 15H30 dans L’EGLISE DE L’ABBAYE

Concert de Noël par le Choeur Tourrettissimo

Concert-2017-12-17

Choeur Tourrettissimo

Chants de Noël : Berlioz, Lotti, Vivaldi

Piano : Maryka Hofmyer
Direction : Jean-Pierre Grégoire

ENTREE : 12 € au profit de la rénovation de l’abbaye

Parking assuré


Novembre – Bienheureux…

NOVEMBRE

Fête de Tous les Saintspauvres-en-esprit

Les béatitudes :

« Bienheureux les pauvres d’esprit »

Ecoutons Saint Bernard dans son premier sermon pour la Toussaint

7. « Et, ouvrant la bouche, il les instruisait. » Aujourd’hui il ouvre sa propre bouche, comme il avait autrefois ouvert celle des prophètes. C’est pour cela que le Psalmiste a dit quelque part : « Seigneur tu m’ouvriras la bouche et mes lèvres annonceront tes louanges » (Ps 117). Après avoir parlé autrefois en diverses occasions et en diverses marnières dans les prophètes (He 1, 1), il parle enfin lui-même à son tour, comme s’il avait dit : Je vous parlais autrefois, aujourd’hui me voici devant vos yeux. Heureux ceux qui ont entendu parler la Sagesse même incarnée, qui ont recueilli des lèvres mêmes du Verbe de Dieu les paroles qui en découlaient. Mais ce qu’ils ont entendu nous a été conservé et nous pouvons l’entendre à notre tour, quoique ce ne soit plus de ses lèvres. « Ouvrant donc la bouche, il les instruisait en disant : Bienheureux les pauvres d’esprit » (Mt 5, 2). Oui, on peut bien dire qu’il a ouvert sa bouche où se trouvent cachés des trésors de sagesse et de science et sa doctrine est bien celle de Celui qui a dit dans l’Apocalypse, « Je m’en vais faire toutes choses nouvelles » (Ap 22, 5) et qui auparavant avait dit par un prophète, « Je vais ouvrir ma bouche et je vous révèlerai des choses cachées depuis le commencement du monde » (Ps 77, 2). Qu’y a-t-il de plus caché, en effet, que le bonheur de la pauvreté? Et pourtant c’est la vérité même qui nous en parle, la vérité qui ne peut ni tromper ni induire en erreur, c’est elle qui nous apprend que « les pauvres d’esprit sont bienheureux » (Mt 5, 3). Et vous insensés enfants d’Adam, vous recherchez encore les richesses, vous désirez toujours les richesses, quand le bonheur de la pauvreté a été annoncé, prêché par un Dieu au monde et cru des hommes! Que les païens les recherchent, ils vivront sans Dieu; qu’un juif soupire après elle, il n’a reçu que des promesses qui ont rapport à la terre; mais de quel front, disons mieux, avec quelle conscience un Chrétien recherchera-t-il les richesses, après que le Christ lui-même a proclamé que les pauvres sont bienheureux ? Jusques à quand, enfants étrangers, jusques à quand votre bouche continuera-t-elle à ne parler que de vanité et à proclamer heureux les hommes qui possèdent ces choses, ces biens visibles, les biens de la vie présente, quand le Fils de Dieu a ouvert la bouche pour nous faire entendre la vérité, pour dire heureux les pauvres, malheur aux riches ?

8. Mais remarquez bien qu’il ne parle pas des pauvres en général, des hommes du peuple qui ne sont pauvres que par le fait d’une misérable nécessité, non d’un acte louable de leur volonté. Je sais bien que leur misère et leur affligeante détresse, peut leur être utile auprès de la miséricordieuse bonté de Dieu, mais je sais aussi que le Seigneur n’a point parlé d’eux en cet endroit; il n’a parlé que de ceux qui peuvent dire avec le Prophète : « Mon sacrifice sera volontaire3 (Ps 53, 8). Il ne faut pas non plus conclure de là que toute espèce de pauvreté volontaire soit ici l’objet des louanges de Dieu. En effet, il y eut des philosophes qui quittèrent tout, nous dit-on, afin, étant libres de tout souci des choses de ce monde, de pouvoir s’adonner plus librement à l’étude de la vanité; ils ne voulaient point être riches des biens de la terre afin de l’être d’avantage des choses qu’ils goûtaient plus. C’est pour les exclure qu’il est dit « les pauvres d’esprit » c’est-à-dire pauvres par le fait d’une volonté toute spirituelle. « Bienheureux donc les pauvres d’esprit » c’est-à-dire ceux qui le sont par suite d’une intention, d’un désir spirituel, uniquement pour plaire à Dieu et pour faire leur salut : « car le royaume des cieux est à eux ». Or qui est-ce qui parle ainsi, qui déclare les pauvres bienheureux et les enrichit de la sorte? Est-ce parce qu’il dit est vrai? Oui, n’en doutez pas car celui qui promet qu’il en sera ainsi, est capable de tenir à ses promesses. Si l’ennemi murmure, il lui répondra : Ne m’est-il pas permis de faire ce que je veux ? Et votre œil est-il mauvais parce que je suis bon ? » Mt 20, 15) Si tu as été justement humilié pour avoir voulu t’élever contre moi, ne faut-il pas élever ceux qui s’humilient pour moi? En effet, mes frères, si ce misérable ennemi a été précipité du ciel, pour avoir aspiré à la grandeur, convoité l’élévation et présumé de monter plus haut qu’il n’était, n’est-il pas logique que ceux qui sont descendus à l’humble rang des pauvres volontaires, soient heureux et « possèdent le royaume des cieux » qu’il a perdu ? Remarquez aussi avec quel à propos la Sagesse même a commencé par indiquer le remède au premier péché. C’est comme s’il avait, dit en termes plus clairs : Vous voulez obtenir le ciel que l’ange a perdu par son orgueil, l’ange qui a été confondu dans sa propre force et au sein de ses innombrables richesses ? Embrassez l’humble pauvreté et il est à vous. Mais continuons.

Saint Bernard – Sermon 1 pour la Toussaint (Extraits : 7, 8)
Texte intégral

 

 


Solennités en novembre

MERCREDI 1er NOVEMBRE – FÊTE DE TOUS LES SAINTS – Solennité

Horaires habituels du dimanche – Messe à 10h

SAMEDI 11 NOVEMBRE – Saint Martin de Tours – Fête

– 11h00 : Messe pour la Paix
– 14h00 : None
– 14h15 à 17h00 : Adoration
– 17h00 : Vêpres

N.B. – tous les lundis, jour de désert, messe lue, vêpres à 18h

Calendrier liturgique du mois – Messes-Novembre-2017 


Solennités en octobre

Cette page indique uniquement les Solennités et autres fêtes ou particularités du mois.
En dehors de ces jours, consulter les Horaires Messes et Offices

SAMEDI 14 OCTOBRE – Férie

– 11h00 : Messe pour la Paix
– 14h00 : None
– 14h15 à 17h00 : Adoration
– 17h00 : Vêpres

N.B. – tous les lundis, jour de désert, vêpres à 18h

Calendrier du mois : Messes-Octobre-2017  


Octobre – Vivre de Dieu

OCTOBRE

discernement-600Vivre de Dieu,

Avancer dans les ténèbres,

A la lumière du discernement…

Ecoutons Baudouin de Ford dans son sermon 18

Vivre de Dieu

Toute notre vie doit s’organiser en fonction des commandements de Dieu, et toute notre activité s’orienter vers cette fin : les promesses de Dieu. Non, il ne nous est pas licite de faire autre chose que ce que Dieu a prescrit, ou permet, ou conseille. Et il ne convient pas d’espérer autre chose que ce qu’il promet. De fait notre justice se modèle d’après les signes qu’il nous donne par ses commandements et ses conseils, et notre espérance se fonde sur la vérité de ses promesses.

La droiture de la réflexion à propos de ce qui est à faire se laisse guider par la volonté de Dieu. Et l’intention est humblement fervente à condition de se diriger avec simplicité vers lui…

Voilà bien le vrai discernement, conjonction de la pensée droite et de l’humble intention. Ne t’étonne pas que je qualifie le discernement de conjonction, puisque son étymologie suppose une division. Car cette conjonction-là n’est pas sans division : unir ces deux réalités – pensée et intention – c’est séparer la lumière des ténèbres. Effectivement, l’erreur et la fausseté sont ténèbres ; la justice et l’humble ferveur sont lumière dans le Seigneur. …

Le mal est donc à rejeter à cause de Dieu, et le bien n’est à accomplir qu’en vue de Dieu. Une intention de vanité corrompt un acte d’humble ferveur, et celle-ci n’excuse pas un acte d’iniquité.

Il s’agit donc de tout faire à la lumière du discernement, en Dieu aussi bien que devant lui, car il n’est pas de créature qui demeure invisible à son regard, qu’elle soit matérielle, psychique ou spirituelle. Non, il n’est rien qui demeure caché de ce qui Dieu a fait en raison de l’homme et en lui, et rien de ce qui, dans l’homme ou par l’homme, s’est fait contre Dieu.

Combien de réalités en l’homme que ce dernier ne voit qu’en partie, et en partie ne voit pas. Alors que pour Dieu, tout cela est à découvert. Le cœur humain, quel grand abîme !

Baudouin de Ford – Sermon 18 (extraits)

Qui est Baudouin de Ford

De nationalité anglaise, Baudouin entre à l’abbaye de Ford en 1169. Six ans plus tard, il en devient abbé. En 1180, il est évêque de Worcester, puis archevêque de Cantorbery. Il accompagne le roi Richard Cœur de Lion à la Croisade et meurt à Tyr en 1192.Baudouin est un homme de vaste culture, modeste, réservé. Il a laissé plusieurs traités dont : « Le sacrement de l’autel », où il veut créer un courant de piété eucharistique, sujet peu abordé à cette époque. C’est aussi un fervent de la vie commune dont il relève la valeur : elle a sa source dans la vie des trois personnes divines. Mais il en souligne aussi les exigences.

De ses seize petits traités, le plus célèbre est celui sur la vie commune.

Source Abbaye Notre-Dame de Cîteaux